Comment utiliser Deep Sky Stacker

Avant de débuter ce tutoriel, je tiens à vous préciser qu'il y a de nombreuses façons de traiter vos images dans Deep Sky Stacker. Dans ce tutoriel, je vous montrerai la mienne en espérant qu'elle vous facilitera la tâche. Pour commencer, assurez-vous d'avoir Deep Sky Stacker d'installer sur votre ordinateur. Vous pouvez vous le procurer gratuitement en cliquant ici. Vous pouvez toujours vous rendre à l'adresse http://deepskystacker.free.fr pour plus d'informations.

Pour ceux qui l'ignoreraient, Deep Sky Stacker est un logiciel qui a pour but de prendre plusieurs photos afin d'accumuler l'exposition de celles-ci et ainsi récupérer du détail d'un objet célestre qui sont généralement du ciel profond commme des galaxies, des nébuleuses ou encore des amas d'étoiles. Dans l'example suivant, j'utiliserai l'amas d'étoiles appelé Les Pleïades, alias Messier 45.

  • Les premiers pas

    Dans mes examples, j'utiliserai la version 3.3.2 de Deep Sky Stacker. Sur l'image, vous pouvez voir à quoi ressemble Deep Sky Stacker dans Windows 7. Au premier coup d'oeil, ce logiciel semble très complexe mais j'essayerai de vous démontrer que ce n'est pas le cas. En premier lieu, il faut récupérer nos images pour les ajouter à notre traitement. Généralement je procède par "drag and drop" si vous me pardonnez l'anglicisme mais vous pouvez cliquer sur les liens de la section "Enregistrement/Empilement" pour charger vos images. Moi personnelement, je n'utilise que 2 à 3 types d'images, les dark, flat et les images. Dans mon exemple, je n'utiliserai pas de flat car j'en ai simplement pas fait.
  • L'ajout d'images

    Comme vous avez constaté, il y a 5 types d'images dans Deep Sky Stacker. Voici le rôle de chacun des types :
    • Les images : Ce sont vos photos tout simplement.
    • Les darks : Ce sont des photos d'un temps d'exposition égale à vos images, de 10 à 20 suffisent, sans avoir bougé la caméra sur le télescope ni avoir changé les ajustements de la caméra mais avec le capuchon sur le télescope pour bloquer tout entré de lumière. Le but des darks et d'elliminer le bruit causé par les longues expositions ainsi que les pixels morts ou saturés.
    • Les flats : Ce sont des photos blanches d'exposition variée, donc juste correctement exposée pour ne pas saturé. Le but est d'éliminer les défauts et la poussière qui pourrait se trouver dans l'équipement, comme par exemple la poussière sur le capteur de votre appareil ou encore le vignettage que votre équippement pourrait causer. Encore une fois, c'est très important d'avoir conservé l'exacte position de votre télescope et votre appareil photo, seulement la lumière ambiante et l'exposition doivent changer. Généralement on utilise une feuille de papier blanche uniforme et un flash avec une exposition de quelques centièmes de seconde.
    • Les dark flat : J'ai aucune idée de ce que c'est, même sur le site de Deep Sky Stacker, on les jumelle au Dark. Je suis persuadé quelqu'un me fournira une réponse ladessus mais je peux vous affirmer que c'est vraiment superficiel.
    • Les Offset/bias : Les offsets ou bias sont utilisés pour enlever le signal de lecture du capteur CCD ou CMOS des images brutes. Chaque capteur CCD ou CMOS génère un signal créé par l'électronique par le simple fait de lire le contenu du capteur. Il est très simple de créer des offsets: il suffit juste de prendre une photo dans le noir avec le temps de pose le plus court possible. Les offsets doivent être créés avec la même sensibilité ISO que les images. La température n'a aucune importance. Prenez en quelques uns (entre 10 et 20 est généralement suffisant). DeepSkyStacker les combinera automatiquement pour créer et utiliser un maître offset propre.
    Comme je l'ai m'entionné précédemment, je fonctionne par "Drag & Drop", alors dans cette image, je sélectionne mes images pour les glisser dans Deep Sky Stacker. J'utilise des images du type NEF qui sont en fait les RAW des appareils de marque Nikon. Deep Sky Tacker n'a aucun problème à traiter les RAW de vos appareils. Il accepte également tous les formats d'images connues tel que JPG, JPEG, TIF, BMP, PNG.

    Comme je n'ai pas utilisé de menu pour spécifier le type d'images que je lui ajoutais, il m'ouvre une fenêtre pour que je puisse spécifier que ce sont des images du type "Images".
  • Voici le résultat obtenu une fois les images ajoutés. Vous devriez les voir dans la section du bas du logiciel. Il ne devrait pas y avoir de score pour l'instant car l'enregistrement ou l'alignement n'a pas encore été fait. La détection s'effectue lors de l'alignement.
  • L'ajout des darks et offset

    Pour l'ajout des darks la procédure est la même que les images, à l'exception qu'ici il faut spécifier que nous utilisons des darks, même chose pour les offset. Dans l'exemple je n'utiliserai pas d'offset mais vous pouvez surement arriver à imaginer le processus. Vous observerez dans la liste que vos darks ont un icône légèrement différent, un genre de carré noir avec 3-4 pixels brulés rouge et vert.
  • La détection d'étoiles et l'enlignement

    À cette étape du processus, il y a un choix à faire car il y a encore 2 façons de faire et l'une d'entre elle ne vous permet pas d'ajuster la détection d'étoiles. Rendu ici, tout vos images devraient être dans la liste du bas sans score, en passant, les Darks n'auront jamais de score. Le score est la qualité de l'image selon la qualité des étoiles et la quantité détectés, j'y reviendrai quand il faudra en tenir compte.

    Le premier choix possible est à faire au moins une fois dans sa vie, c'est de cliquer sur "Enregistrer les images cochées." C'est l'unique façon d'ouvrir la fenêtre qui suivra qui n'est pas sans importance et qui fait souvant sujet de questionnement sur les forums et réseaux sociaux.
  • Voilà la fenêtre ouverte par l'option "Enregistrer les images cochées.". Celle-ci possède 2 onglets, actions et avancé. Dans actions, vous pouvez déterminé un pourcentage de tolérance de qualité des images. Par défaut la tolérance est à 80%, moi je n'y touche pas mais plusieurs préfère être plus sévère pour avoir d'avantage de qualité.
  • L'onglet avancé lui vous permet de déterminer le seuil de détection des étoiles. Tout dépend de la luminosité de vos photos mais généralement j'en détecte plus de 500. Vous pouvez déterminer un pourcentage et ensuite cliquer sur "Recalculer le nombre d'étoiles détectées", vous aurez ainsi une idée à savoir si votre seuil est bon ou mauvais. Je ne parle pas immédiatement des boutons "Paramètres Recommandés..." et "Paramètres d'empilement..." car ceux-ci reviendront dans la fenêtre denlignement.
  • Avant de procéder à la fenêtre de l'enlignement, j'aimerais revenir à la 2ème façon de faire. Si vous avez cliquez sur "Enregistrer les images cochées..." vous n'avez pas à tenir compte de cette section mais il se pourrait que vous voudriez y revenir, je m'explique.

    La 2ième option consiste à cliquer dirrectement sur "Calculer les décalages ...". Si vous cliquez directement sur Calculer les décalages, vous sauterez l'étape de la fenêtre des "Paramètres d'enregistrement" mais votre empilement ne se lancera pas tout seul comme dans la première option. L'enregistrement s'effectuera mais avec les paramètres précédent et vous pourrez retirer de la sélection les images avec un mauvais score avant de procéder à l'empilement tandis que si vous choisissez d'enregistrer, vous devrez après avoir empilé retirer les images avec un mauvais score et relancer le calcule du décalages et relancer l'empilement ce qui prolonge beaucoup le processus. Cependant, on ne devrait pas avoir a ajuster le seuil de détection à chaque fois, généralement on trouve un chiffre magique qui correspond bien a nos expositions en général.


    C'est très important de rejeter les images que le logiciel a écrit NC à DY ou DX, s'il a écrit NC, c'est qu'il n'a pas pu calculé le décalage, vous aurez donc des images qui vont bousiller tout votre beau travail.

    Donc je résume pour être certain que vous ayez bien saisis la nuance.
    Enregistrer permet d'ajuster les paramètres d'enregistrement mais lance le calcule du décalage et l'empilement et vous devrez revenir si vous décider de retirer des images.
    Calculer les décalages permet de calculer le décalage, d'utiliser les dernier paramètres d'enregistrement et de pouvoir retirer les mauvaises images avant de lancer l'empilement.
  • Les paramètres d'empilement

    Dans tous les cas, vous arriverez à cette fenêtre. C'est ici que je tiens compte des boutons "Paramètres Recommandés..." et "Paramètres d'empilement..."
    Comme ce tutoriel a pour but de vous faciliter la vie, on n'entrera pas dans le menu de "Paramètres d'empilement...", je vous laisse le plaisir d'expérimenter les différentes options par vous mêmes. Vous allez vous questionner mais pourquoi? Tout simplement car le bouton "Paramètres Recommandés..." vous suggèrera des options que le logiciel juge bonnes pour vous qui sont les mêmes que "Paramètres d'empilement..." mais ennormément simplifiées.
  • Voici donc la fenêtre des "Paramètres recommandés". Comme vous pouvez le voir elle est très simple. Quand une phrase est en rouge, c'est qu'il vous suggère fortement d'utiliser la méthode écrite en bleu juste en dessous. Vous n'avez donc qu'à cliquer sur celle-ci et elle deviendra verte. Parfois il y a 2 choix en bleus, c'est simplement que les 2 choix sont aussi bon l'un que l'autre mais pourrait offrir une légère différence dans le résultat final. Comme par exemple, la calibration du fond des cannaux offrira toujours une double option. C'est simplement que le logiciel calibera pour vous le fond des cannaux mais c'est une étape qui prend 2 secondes à faire et qui vous donne d'avantage de liberté dans le poste traitement de ne pas calibrer.
  • Et voià, l'empilement est lancé, vous pouvez aller faire autre choses car le processus prend plusieurs minute. J'ai personnellement une machine ultra performante et je ne m'en tire jamais en bas de 5 minutes.
  • Le traitement de votre image

    Voici la partie que je préfère car c'est à ce moment que l'on peut voir les premiers résultats et je trouve toujours exitant de voir ce que j'ai obtenu de mes images. Ne soyez pas déçu si le résultat actuel est ordinaire, le travail n'est pas terminé mais l'image prendra rapidement forme.
  • Premièrement la saturation. Si vous ne voulez pas une image en noir et blanc, ajustez celle-ci entre 18 et 20% selon vos goûts. Si vous avez fait vos photos avec une caméra noir et blanc, oubliez cet ajustement, vous ne découvrirez pas des couleurs dans une image qui n'en a pas.
  • Viens ensuite la calibration des canaux dans l'onglet Niveaux RGB/K. La tâche est assez simple, il suffit d'enligner le plus parfaitement possible les 3 couleurs. Si vous ne le faite pas, vous aurez de drôle de couleur dans votre image.
  • Pour terminer notre traitement, la luminance qui est à faire en dernier et qui est également le plus important. Ici vous devez ajuster votre courbe en "S" afin d'obtenir une luminosité et un constraste parfait. Les ajustement fonctionne dans le sens inverse de la courbe, c'est-à-dire que les ajustement Sombre ajuste le bas de la courbe et Clair le haut. La courbe idéal sera celle qui correspondra le plus a vos goûts mais le but rechercher est d'avoir le plus de lumère possible tout en conservant un constraste intelligent. Si vous commencez à voir des plaques blanche autour de vos étoiles, c'est que votre courbe est trop raide. Si votre photo est trop sombre, c'est que votre courbe est trop à droite, déplacé la vers la gauche. Si votre photo est trop clair, c'est que votre courbe est trop à gauche, déplacer la vers la droite. Vous avez un bon fond mais manquez de luminosité, accentuer votre courbe pour qu'elle monte de façon plus abrute. Vous avez une belle luminosité mais votre fond est laiteux, augmentez le sombre pour aller essuyer le plancher du graphique.
  • L'enregistrement

    Lorsque vous êtes rendu à enregistrer votre image, c'est important de choisir les bons paramètres afin de pouvoir traiter votre image dans photoshop et avoir au final un beau JPG que vous pourrez partager avec vos amis. Je ne conseille pas de convertir vos images au JPG avec Deep Sky Stacker car il est très mauvais pour faire la compression. Le meilleur logiciel connu à ce jour pour faire le traitement final et la compression JPG est nul autre qu'Adobe Photoshop ou encore Adobe Lightroom qui est un mini photoshop occasionellement gratuit.
    Voici mes choix. Concernant le type, je coisis TIFF 16 bits. Le format Tiff est reconnu par de nombreux logiciel alors que l'autre format proposé, je vous souhaite bonne chance! Pourquoi maintenant 16 bits alors qu'on pourait choisir 32? C'est simplement que vous devrez abaisser ce nombre à 16 pour sauvegarder en JPG et lorsqu'on abaisse le nombre de bits d'une photo dans un logiciel comme photoshop, on se trouve à faire un genre de traitement HDR. Vous trouverez ennormément difficile de conserver votre qualité d'image même en appliquant des ajustements très neutre lors de la conversion alors que le 16 bits est un standard.
    Concernant la compression, je spécifie aucune car ça ajoute un algorythme à l'image pour la recomposer en elliminant des vrai pixels. Vous savez que vous aller faire un traitement final dans un autre logiciel, conservez donc un maximum de vrai pixel dans votre image!
    Options, j'aplique les ajustement à l'image enregistrée. Vous venez de faire une belle courbe, vous n'aimeriez surement pas la perdre, il faut donc l'apliquer à votre image.
    Cliquez ensuite sur Enregistrer.
  • Voilà votre image se sauvegarde!
  • Voici ce que cette photo me donne après un traitement ultra rapide dans photoshop.

J'espère que vous touverez maintenant plus simple d'empiler vos photos avec Deep Sky Stacker. Si vous avez des questions ou des commentaires car je suis persuadé que vous en aurez, n'hésitez pas à m'écrire. Mon courriel est un peu partout sur le site web mais dans le cas où vous le trouveriez pas le voici. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

BONNE CHANCE DANS VOS TRAITEMENTS!

Share